Le savoir, érigé en facteur critique de production dans bien des
organisations, exige un traitement particulier basé sur la création, la
valorisation, la conversion et le partage. C’est dans ce contexte, prôné par la
volonté de sauvegarde de la mémoire organisationnelle, que la notion de gestion
de connaissances ou Knowledge Management (KM) a émergé dans les années
80 et ce, pour favoriser la croissance, la transmission et la conservation des
connaissances dans une organisation.
Ce travail est une étude préliminaire en vue du déploiement d’une stratégie de
gestion de connaissance au sein de l’Agence Judiciaire du Royaume (AJR). Il
pose la problématique du Knowledge Management dans une organisation où
la connaissance est l’outil principal de production. Le but est de répondre à la
question de l’opportunité d’une telle démarche et de proposer par la suite des
recommandations réalistes, c’est-à-dire à la fois faisables et peu coûteuses.

Publiée: 2018-05-28

L'ensemble du numéro